Florence Bermond

Artiste transdiciplinaire 

Elle s'engage dans la mise en scène au théâtre en suivant l'enseignement d'Anatoli Vassiliev (ARTA) Boris Rabey (Gitis de Moscou) et Galin Stoev (ARTA). Sa formation d'actrice à l'Ecole Véra Gregh - Tania Balachova, les études au Conservatoire à rayonnement Régional de Danse (15 ans de pratique) – (Danse classique Gilbert Mayer (Opéra de Paris) ; Danse contemporaine : Suzon Holzer, Toméo Vergés, Cindy Van Acker, Eléonore Valére (Cie Jan Lauwers), Robyn Orlin, Karine Ledoyen, Marion Rosseel, Yves-Noël Genod) ainsi que ses cursus à l’UFR d'Art et Archéologie de la Sorbonne-Paris IV, à Paris VIII Etudes de cinéma, complètent un parcours riche et diversifié. Sa rencontre avec la cinéaste Chantal Akerman, influence profondément son approche de la mise en scène. Au cinéma, elle est assistante à la mise en scène ou coach notamment pour les films de Tim Burton, Manuel Gomez Perreira, Julien Magnat et Bertrand Tavernier. Florence Bermond poursuit son travail de réflexion sur les processus de création de la scène contemporaine et co-dirige avec le chorégraphe Daniel Dobbels un atelier de recherche, au Forum du Blanc Mesnil, articulé autour du rapport Danse / Théâtre d'après le texte Pylade de Pier Paolo Pasolini. Elle s’implique dans les Rencontres Internationales de Haute-Corse dirigées par Robin Renucci et s’engage en tant que pédagogue en France et à l’International, en imaginant des formes singulières qui conjuguent performance, vidéo et arts de la scène. Selon les projets, ses propositions s’adressent à des artistes professionnels ou sont conçus en direction d’adolescent.e.s, adultes, femmes et hommes en situation de marginalité et fragilité. 

Actuellement, elle prépare FURIEUSES quand le sel aura des fleurs, création du texte de Laetitia Ajanohun, après avoir présenté en août 2020, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, TROUBLES # 4, performance transdisciplinaire pour 4 interprètes d’après des textes de James Baldwin, Edouard Glissant et Toni Morrison. En mars 2020, elle crée DES GUERRIERES, au sujet de la résistance des femmes en République démocratique du Congo. Elle écrit le texte d’après des témoignages de femmes et témoins rencontrés lors des Résidences de Recherche effectuées à Goma, Bukavu et Kinshasa (RDC), en partenariat avec l’Institut Français. Elle conçoit et met en scène une création pour laquelle, elle est en Résidence à La Maison Maria Casarès, DEMOCRATIE(S) d’après des textes d’Harold Pinter. Elle questionne les rapports de domination et de violence envers les femmes dans la création présentée à la MC93 - SIMONE, NOUS ET LES AUTRESdémocratie(s) au féminin pluriel, associant lors du processus de création plus de 160 habitant.e.s de cinq villes de Seine-Saint-Denis. Elle reçoit le « Prix coup de cœur du spectacle vivant » au Festival Ici et Demain de la Ville de Paris pour sa première mise en scène TROUBLE à l’Espace Cardin. Elle imagine des performances dans l’espace public (intérieur et extérieur) en mettant en exergue des autrices contemporaines : LES LOUVES, UN EQUILIBRE SI FRAGILE, LES PARLEUSES et LE TRAMWAY CREATIF.